ATTENTION : Changement de date

A la Une

Demandes des professionnels de l'AMP

Nous, professionnels de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP), nous accordons pour saluer les avancées majeures du projet de loi de bioéthique, en particulier des points de vue sociétal, du don et de l’autoconservation ovocytaire.

Cependant, nous sommes inquiets et en désaccord profond avec certains points de ce projet qui nous semblent inéquitables pour les patients et la médecine libérale. Du fait de notre expertise dans le domaine et l’écoute des patients, nous proposons plusieurs amendements dont l’objectif est de permettre la mise en place de manière effective et pérenne de ces avancées sociétales que nous souhaitons voir émerger.

Pour garantir l’exécution de la future loi, avec une offre de soins de qualité à l’ensemble des personnes et dans des délais raisonnables, nous demandons que la DGOS s’engage pour une valorisation budgétaire des centres biocliniques d’AMP pour permettre le déploiement indispensable des moyens humains et matériels en adéquation avec l’élargissement de l’offre de soins et les mesures proposées.

Initialement considéré comme un virus relativement inoffensif, le virus zika a été associé à des séquelles neurologiques potentiellement graves, mais également à des risques de microcéphalie en cas d'exposition prénatale. L'Organisation Mondiale de la Santé déclara ainsi l'infection à ZIKV comme une « urgence sanitaire internationale » en février 2016, et initia une réflexion sur les stratégies de réponses, incluant des recommandations pour les femmes désireuses de maternité. La transmission sexuelle du virus zika étant avérée, avec une persistance du ZIKV dans le sperme possible pendant plusieurs mois, des inquiétudes existent quant au risque de transmission à l'autre membre du couple lors des procédures d'assistance médicale à la procréation (AMP), et surtout quant aux risques encourus par les enfants nés après AMP dans ce contexte.

Les 24èmes Journées de la FFER (Fédération Française d'Etude de la Reproduction) ont eu lieu les 25 26 et 27 septembre 2019 à la Maison de la Chimie à Paris.

La SMR y a tenu des sessions. Vous trouverez ici quelques diaporamas présentés par nos intervenants.

26 septembre : 2 sessions sur l'endométriose avec le GEFF et le SCGP

Le diagnostic pré-implantatoire des aneuploïdies

Comment, pourquoi, pour qui ? [vidéo]

PMA POUR TOUTES ET POUR TOUS ? La fausse bonne nouvelle ou le jeu de dupes ?

Nous avons assisté le 27 septembre, sein de l'hémicycle, à un curieux exercice visant à limiter l'impact de la révision de la loi de Bioéthique.

L’objectif général de ce DIU est d’assurer une formation, par des experts reconnus, permettant d’acquérir et d’optimiser les connaissances nécessaires à la prise en charge de la fertilité de patient(e)s atteint(e)s d’un cancer.

Objectifs opérationnels :