Actualités

Bilan d'activité

Septembre 2000

Le groupe d’intérêt " assistance médicale à la reproduction " s’est structuré à Tours .

Pré-enquête sur l’insémination intra-utérine

Groupe d'intérêt - Aide Médicale à la Procréation

Résultats de la pré-enquête sur l’insémination intra-utérine avec sperme de conjoint organisée par la SMR. Analyse des premiers dossiers (Etude de faisabilité)

présenté par J. de Mouzon, INSERM U292

Introduction

L’insémination intra-utérine avec sperme de conjoint (IAC-IU) est une pratique devenue très courante, mais très mal évaluée. Si ses indications théoriques sont claires, on ne sait en réalité que peu de choses sur la fréquence, la répartition réelle des indications, la pratique, les résultats, du moins au niveau national, contrairement à ce qui se passe pour la Fécondation In Vitro et l’insémination avec sperme de donneur. Or, il s’agit d’une technique d’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) à part entière, qui ne peut être réalisée qu’avec la participation de laboratoires autorisés par le ministre de la santé après avis de la Commission de Médecine et de Biologie de la Reproduction et du Diagnostic Prénatal (CNMBRDP) et du Comité National d’Organisation sanitaire (CNOSS).

Raison d'annulation

Groupe d’Intérêt - Chirurgie de la Reproduction

Annulation de la 1ère journée du groupe

Programme préliminaire

Groupe d'intérêt - Chirurgie de la Reproduction

La première réunion est prévue à Clermont Ferrand les 9 & 10 juin 2000 en partenariat avec le CICE et la SFEG.

Introduction Groupe de Chirurgie de la Reproduction

Le groupe d’Intérêt Chirurgie de la Reproduction est en cours de constitution.

Ses coordinateurs sont P. Madelénat et A. Audebert.

La Chirurgie de la Reproduction ne connaît plus, semble-t-il, ses fastes des années 70 et 80, avec, entre autre, le développement de la microchirurgie, l’utilisation des lasers et des biomatériaux puis surtout la mise au point des techniques cœliochirurgicales…

L’avènement de la FIV et de nouveaux moyens diagnostics peu invasifs (imagerie) et les progrès des thérapeutiques médicales alternatives sont probablement, en partie, responsables du moindre intérêt porté sur cette activité chirurgicale.

Pages